Skip to main content

Le jour du sacrifice

By 12 juillet 2022Blog

Le jour du sacrifice [1]

Le dixième jour du mois du pèlerinage[2], est la deuxième fête islamique de l’année. Les musulmans du monde entier la célèbrent comme ils l’ont fait quelques mois auparavant, après la fin du Ramadan. Cette année, la fête a eu lieu le samedi 9 juillet.

 L’histoire du Jour du sacrifice remonte à l’époque d’Abraham.  La célébration annuelle commémore le grand événement où Dieu a ordonné à Abraham, dans un rêve, de sacrifier son fils en signe d’obéissance. (Le Coran : 37:102)

Alors qu’Abraham était sur le point de sacrifier son fils, Dieu lui a révélé que son « sacrifice » avait été accompli.  Il avait montré que son amour pour son Seigneur primait sur tous les autres, qu’il était prêt à faire n’importe quel sacrifice pour se soumettre à Dieu.  Si vous vous êtes converti à l’Islam après avoir quitté le christianisme ou le judaïsme, vous connaissez peut-être une version différente de la même histoire qui apparaît dans l’Ancien Testament de la Bible.

 Certaines personnes ne comprennent pas pourquoi Dieu a demandé à Abraham de massacrer son propre fils.  Le but n’était pas qu’Abraham tue son fils ; il s’agissait plutôt de sacrifier l’attachement de son cœur à son fils afin que tout son amour soit exclusif à Dieu seul.

 Ainsi, notre tradition veut que, pendant les dix jours bénis du mois de pèlerinage et le jour du sacrifice, nous nous souvenions du sacrifice d’Abraham en réfléchissant à l’histoire et en revivant certains des rites.  Nous réfléchissons à ce qui a fait d’Abraham un croyant si fort, un être aimé de Dieu, quelqu’un que Dieu a béni et dont il a fait un leader et un exemple pour toutes les nations qui allaient suivre.

 Le sacrifice de son fils était un test de la foi d’Abraham.  Pour commémorer et se souvenir des épreuves d’Abraham, les musulmans abattent un animal tel qu’un mouton, une chèvre, une vache ou un chameau.  Cette pratique est souvent mal comprise par ceux qui ne sont pas croyants.  Par conséquent, plusieurs points doivent être éclaircis ici :

Le sacrifice animal n’est pas un rituel païen comme certains peuvent le supposer. Il n’a rien à voir avec les rituels païens. Le sang versé n’est pas utilisé pour frotter des objets ou des icônes comme dans un rituel du sang. Il n’y a pas de croyances superstitieuses. Il n’y a pas non plus de croyance erronée selon laquelle le sang ou la viande sert à nourrir un dieu ou à éviter la colère de ce faux dieu, comme le croient les païens.

Bien au contraire, le Dieu unique et véritable nous explique le but du sacrifice.

 » Nous vous avons désigné les chameaux (et les vaches) bien portants pour certains rites établis par Allah. Il y a en eux pour vous un bien. Prononcez donc sur eux le nom d’Allah, quand ils ont eu la patte attachée, [prêts à être immolés]. Puis, lorsqu’ils gisent sur le flanc, mangez-en, et nourrissez-en le besogneux discret et le mendiant. Ainsi Nous vous les avons assujettis afin que vous soyez reconnaissants.

Ni leurs chairs ni leurs sangs n’atteindront Allah, mais ce qui L’atteint de votre part c’est la piété. Ainsi vous les a-t-Il assujettis afin que vous proclamiez la grandeur d’Allah, pour vous avoir mis sur le droit chemin. Et annonce la bonne nouvelle aux bienfaisants. » (Le Coran : 22 : 36-37)

Effectuer ce sacrifice rituel au nom de Dieu est un signe d’obéissance à Dieu, de piété. Après avoir vidé le sang et l’avoir jeté, la viande de l’animal doit être distribuée aux pauvres, à sa famille et à ses amis.

Il n’y a pas de rituel particulier, si ce n’est que l’animal doit répondre à certaines exigences.  L’animal est abattu de la même manière qu’il est abattu à n’importe quel autre moment de l’année pour être consommé légalement.  La seule différence réside dans l’intention.  Dans le cas d’un abattage normal, l’intention est de consommer la viande ou de la donner à d’autres personnes, mais pour cette occasion, il s’agit d’adorer Dieu en commémorant l’épreuve d’Abraham et en obéissant à Dieu.

Le nom de Dieu est prononcé car Dieu nous a donné le pouvoir sur les animaux et les a rendus soumis à nous. Il nous a permis de consommer leur viande, mais seulement en Son Nom.  En prononçant le Nom de Dieu au moment de l’abattage, nous nous rappelons que même la vie d’un animal est sacrée et que nous ne pouvons lui ôter la vie qu’au Nom de Celui qui l’a donnée en premier lieu.

Les bons actes expient les péchés.  Offrir un sacrifice animal est un rituel de dévotion qui expie également les péchés.  Le Messager Mohammed (paix et bénédiction sur lui) a enseigné que l’acte le plus apprécié en ce jour est l’offrande du sacrifice et qu’il témoignera pour le dévot le jour de la résurrection.

Dispositions relatives à l’animal sacrifié

  • Type d’animal

Les seuls animaux qu’il est permis de sacrifier sont ceux mentionnés dans le Coran, comme le bétail et les animaux d’élevage licites à la consommation, à savoir les chameaux, les vaches, les chèvres et les moutons. Un seul mouton peut être offert en sacrifice pour une seule personne ou une famille.  À l’époque du Messager de Dieu, un homme sacrifiait un mouton pour lui-même et les membres de sa famille, qui en mangeaient et en donnaient aux autres. Le sacrifice d’un chameau ou d’une vache est suffisant pour sept personnes.

  • Âge de l’animal

L’animal doit avoir un certain âge pour être conforme au sacrifice.  Les âges minimums sont

  1. a) 6 mois pour un agneau ou un mouton
  2. b) 1 an pour une chèvre
  3. c) 2 ans pour une vache
  4. d) 5 ans pour un chameau
  1. Caractéristiques de l’animal

Il doit être exempt de tout défaut ou anomalie, car il faut choisir la meilleure offrande à offrir à Dieu. Un animal aveugle ou borgne, un animal malade, un animal boiteux et un animal affaibli ne peuvent être sacrifiés. Il existe des défauts plus bénins qui ne disqualifient pas un animal, mais il n’est pas apprécié de sacrifier de tels animaux, comme un animal auquel il manque une corne ou une oreille, ou dont les oreilles sont fendues, etc.

Moment du sacrifice

L’animal doit être sacrifié à l’heure spécifiée le jour du sacrifice, qui commence après la fin de la célébration de la prière et du sermon et dure jusqu’avant le coucher du soleil du 13e jour du mois du sacrifice. Les trois jours qui suivent le jour du sacrifice sont appelés les jours du lever du soleil[3].

La viande du sacrifice est consommée par la famille et les proches, offerte aux amis et aux voisins, et donnée aux pauvres.  Nous reconnaissons que toutes les bénédictions viennent de Dieu, et nous devons ouvrir nos cœurs et partager avec les autres.

Conseils pour le jour du sacrifice (Aïd al-Adha)

Prenez congé du travail ou de l’école, si possible. Si vous ne pouvez pas le faire, essayez de prendre des dispositions pour assister à la célébration de la prière du ‘Aïd el-Adha’, si elle a lieu à proximité.

Prenez des dispositions pour l’animal à sacrifier à l’avance. Vous pouvez vous rendre avec des musulmans locaux dans une ferme ou un abattoir ou y aller seul si vous avez déjà de l’expérience. Ce sera une expérience que vous n’oublierez pas ! Vous pouvez abattre l’animal vous-même ou demander à un autre musulman de le faire pour vous. Si aucun musulman n’est disponible, un juif ou un chrétien peut le faire, à condition qu’il abatte l’animal correctement en coupant les veines jugulaires et en laissant l’animal se vider de son sang tout en prononçant le nom de Dieu. Vous pouvez également transférer de l’argent à une organisation caritative islamique qui le fera en votre nom et distribuera la viande aux pauvres. Pour des millions de musulmans pauvres dans le monde, c’est le seul moment de l’année où ils peuvent manger de la viande.

En tant que nouveau musulman, vous ne vivez peut-être pas dans une région où il y a une communauté musulmane. Il est donc recommandé de donner de l’argent à une organisation caritative pour qu’elle effectue le sacrifice en votre nom et pour nourrir les musulmans pauvres par l’intermédiaire d’une des organisations d’aide islamique en ligne.  Le coût du sacrifice varie en fonction du pays dans lequel vous souhaitez qu’il soit effectué. Quelques organisations sont énumérées ci-dessous, mais vous en trouverez beaucoup d’autres en ligne :

Nouvelle optique | Association caritative | Nouvelle Optique

Ummah Charity – Offrez un sacrifice aux nécessiteux pour l’Aïd al Adha

Swiss Barakah Charity – Faire le bien ensemble!

Aïd Al-Adha – Bani Street, de la rue à la vie

Aid Al Adha | Karama Solidarity (karama-solidarity.be)

Prenez contact avec votre mosquée ou centre islamique local au moins une semaine avant pour connaître l’heure et le lieu où se déroulera la prière en congrégation. Après la prière, des sucreries et des rafraîchissements légers sont généralement servis. La plupart des mosquées organisent des dîners de l’Aïd dans la soirée ou dans les jours qui suivent. Renseignez-vous sur le lieu et la date de ces dîners et essayez d’y assister.

Ne vous sentez pas seul ou isolé. Arrangez-vous à l’avance avec vos amis ou familles musulmans pour leur rendre visite pour la fête de l’Aïd. Invitez des amis musulmans et cuisinez pour eux. Si vous ne pouvez pas cuisiner, mangez au restaurant avec eux. Essayez de faire participer les membres non musulmans de votre famille en les emmenant avec vous à la prière de l’Aïd ou en leur demandant de vous rendre visite pour dîner avec vos amis musulmans. Cela demande une certaine planification. Faites-le à l’avance. Vous avez quatre jours pour célébrer !

Les familles offrent des cadeaux aux enfants le jour de l’Aïd. Le Messager Mohammed (paix et bénédiction sur lui) a dit : « Echangez des cadeaux entre vous, vous vous aimerez les uns les autres. » Vous pouvez offrir des cadeaux aux membres de votre famille et à vos amis musulmans et non-musulmans.

Faites du bénévolat le jour de l’Aïd dans votre mosquée locale. Ils auront besoin de bénévoles pour le stationnement, l’installation de la nourriture, le nettoyage, les activités pour les enfants, etc.

Habillez-vous pour l’Aïd. Achetez de nouveaux vêtements et soyez d’humeur festive.

Pour résumer ce qui précède…

Ce jour-là, un musulman qui n’accomplit pas le pèlerinage du Hajj s’adonne aux mêmes activités que celles que l’on fait normalement le jour de la rupture du jeûne[4], à l’exception du fait de ne pas payer la charité de rupture du jeûne, qui ne s’applique qu’après le Ramadan.

Une caractéristique distinctive de cette fête est l’abattage d’un animal sacrificiel, qui est considéré comme un acte de culte hautement recommandé pour ceux qui peuvent se le permettre financièrement.

Une autre caractéristique est la prolongation de la fête pendant plusieurs jours. Le jour de ‘Arafa, le jour du sacrifice et les trois jours du lever du soleil sont cinq jours consécutifs de célébration qui reviennent chaque année, d’où le nom d’Aïd[5]. Ces jours sont désignés pour être un moment de  » manger, boire, se réjouir et se souvenir/se dévouer à Dieu  » comme l’a enseigné le Messager Mohammed (paix et bénédiction sur lui). Le jour du sacrifice, ainsi que les trois jours qui le suivent, sont des jours où il est interdit de jeûner car ce sont des jours de fête.

Un animal sacrificiel désigne tout animal de pâturage (mouton, chèvre, vache ou chameau) qui est sacrifié pendant la fête du sacrifice dans l’intention de se rapprocher de Dieu.

L’abattage d’un animal sacrificiel pendant la fête du sacrifice est une pratique que le Messager Mohammed (paix et bénédiction sur lui) pratiquait régulièrement et encourageait pour ceux qui en avaient les moyens. Le chef de famille peut offrir un sacrifice pour lui-même et pour les personnes à sa charge.

Il n’est pas licite d’offrir en sacrifice un animal ou un oiseau, à l’exception des animaux de pâturage, à savoir les moutons, les chèvres, les vaches ou les chameaux. Un mouton ou une chèvre suffit pour un ménage, et sept ménages différents peuvent se partager le sacrifice d’une vache ou d’un chameau. L’animal sacrifié doit avoir l’âge requis. Un mouton doit être âgé d’au moins six mois, une chèvre d’un an, une vache de deux ans et un chameau de cinq ans. Il doit également être exempt de défauts apparents.

Que doit-on faire de l’animal sacrifié ?

Il est interdit de vendre une partie de l’animal sacrifié. Il est recommandé de le diviser en trois parties : une partie pour la consommation personnelle, un tiers pour être donné en cadeau et un tiers pour être donné en charité aux pauvres et aux nécessiteux. Il est permis de déléguer quelqu’un pour abattre un animal sacrifié en son nom, par exemple une organisation caritative digne de confiance qui entreprend l’abattage d’animaux sacrifiés et les distribue aux nécessiteux.

Il est, bien entendu, permis d’abattre plus d’un animal au nom d’un seul foyer ou d’une seule personne, car cela compterait comme une bonne action supplémentaire.

Que Dieu vous bénisse et accepte votre culte et votre sacrifice.

[1] Jour du sacrifice de ‘Adha’.

[2] Dhul Hijjah

[3] Jours de ‘Tashreeq’ Lever du soleil car les gens font sécher la viande de leurs offrandes au soleil pendant ces jours.

[4] Le jour de la rupture du jeûne « Fitr ».

[5] L’Aïd signifie un événement récurrent et répété.

S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments