Skip to main content
Blog

La position de l’Islam sur les substances nocives

By 19 janvier 2023One Comment

Le corps humain appartient à Allah et il nous est confié. Nous sommes censés en prendre soin et ne pas en abuser. Les règles de l’Islam concernant ce que nous consommons visent à prendre soin du corps conformément aux préceptes d’Allah. En Islam, la consommation de substances nocives, telles que l’alcool et les drogues, est strictement interdite.  

La position de l’Islam sur la consommation de substances nocives est une interdiction totale. Elle est considérée comme une forme de désobéissance à Dieu et comme une pratique nocive et destructrice qui cause de graves dommages aux individus et à la société. En tant que tels, les musulmans doivent s’abstenir de consommer des substances nocives afin de vivre conformément aux enseignements de l’Islam et de préserver les vertus de la modération et de la maîtrise de soi.

Toute substance qui trouble le jugement et altère les capacités mentales d’une personne est considéré comme nocive. Ces substances peuvent se présenter sous forme liquide, gazeuse ou solide. C’est un fait que ces substances sont nocives tant pour l’individu que pour la société et qu’elles entraînent un certain nombre de conséquences négatives, dont la dépendance, la violence et la déviance morale.

L’alcool, la substance la plus consommée au monde, fait partie de la culture contemporaine et il est largement utilisé dans les célébrations et la vie sociale quotidienne. La plupart des consommateurs d’alcool ne reconnaissent pas ou n’admettent pas les graves conséquences physiques, morales et psychologiques de la consommation d’alcool et la considèrent comme aussi inoffensive qu’une tasse de thé. 

À titre d’exemple des effets de l’alcool sur le cerveau, l’Institut national sur l’abus de l’alcool et l’alcoolisme/ National Institute on Alcohol Abuse and Alcoholism (NIAAA) déclare ce qui suit :

« Difficulté à marcher, vision trouble, troubles de l’élocution, ralentissement du temps de réaction, altération de la mémoire. Il est clair que l’alcool affecte le cerveau. Certains de ces troubles sont détectables après seulement un ou deux verres et disparaissent rapidement lorsque la consommation s’arrête. En revanche, une personne qui boit beaucoup pendant une longue période peut présenter des déficits cérébraux qui persistent bien après qu’elle soit devenue sobre. La manière exacte dont l’alcool affecte le cerveau et la probabilité d’inverser l’impact d’une consommation excessive d’alcool sur le cerveau restent des sujets sensibles dans la recherche sur l’alcool aujourd’hui. » (https://www.niaaa.nih.gov/)

Outre ces graves problèmes, l’abus d’alcool peut endommager les organes, affaiblir le système immunitaire et favoriser l’apparition de cancers. En outre, l’alcool tue 1 500 étudiants chaque année aux États-Unis et contribue à 140 000 décès par an.

Outre les dommages que les substances nocives peuvent causer à l’individu, la consommation d’alcool et d’autres substances nocives nuit également à la société. Elle contribue à des problèmes sociaux tels que la violence domestique, les accidents de la route et la criminalité. Elle sape souvent la stabilité et la cohésion des familles et des communautés.

Nous savons que la consommation excessive d’alcool peut avoir des effets étendus et profonds sur le cerveau, allant de simples « trous de mémoire » à des troubles permanents et handicapants qui nécessitent une prise en charge à vie. Et même une consommation modérée d’alcool entraîne des troubles à court terme, comme le montrent les recherches approfondies sur l’impact de l’alcool sur la conduite automobile.

La dépendance à la drogue et à l’alcool va souvent de pair. Les recherches montrent que les personnes dépendantes de l’alcool sont plus susceptibles de consommer des drogues, et que les personnes dépendantes des drogues sont beaucoup plus susceptibles de boire de l’alcool. L’alcool est une drogue passerelle vers les autres.

Le Coran déclare spécifiquement que « Ô les croyants ! Le vin, le jeu de hasard, les pierres dressées, les flèches de divination ne sont qu’une abomination, œuvre du Diable. Ecartez-vous en, afin que vous réussissiez. » (5:90). Ce passage indique clairement que la consommation de substances enivrantes est considérée comme une forme de rébellion contre Dieu et un obstacle à la réussite spirituelle.

La société à laquelle le Coran a été révélé, initialement en Arabie, était marquée par une forte consommation d’alcool. Les commandements d’Allah à ce sujet sont venus graduellement sur une durée de temps pour permettre aux gens de se défaire de ce vice majeur après avoir été fermes dans leur foi et leur pratique. En tant que nouveaux musulmans, nous devons apprendre les règles de l’Islam de manière progressive et nous assurer que nous construisons notre foi sur des fondations solides afin de pouvoir respecter notre engagement à vivre un style de vie conscient de Dieu, propre et sobre.

S'abonner
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus récents
plus anciens plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
94916337
94916337
9 mois plus tôt

Merci pour le conseil